Chapitre 3 : La gestion budgétaire des approvisionnements

Une fois le programme de production établi, l’entreprise doit planifier les approvisionnements afin de disposer des matières et des composants nécessaires à la production au moment voulu et au moindre coût.
La gestion budgétaire des approvisionnements comprend trois étapes :
- la prévision des approvisionnements en fonction de la politique de stockage adoptée par l’entreprise ;
- l’élaboration du budget des approvisionnements qui consiste à échelonner sur l’année les prévisions des commandes, des livraisons, des consommations, des niveaux de stocks valorisées par les coûts unitaires préétablis ;
- le contrôle des approvisionnements effectué à partir de l’analyse des écarts entre les réalisations et les prévisions ainsi qu’à l’aide de ratios.

I) La gestions des stocks :


Généralités :

Les flux d’approvisionnement et de production peuvent être gérés selon deux modes :
Les coûts de stockage :
         La constitution de stocks et leur gestion entraînent trois types de coûts.

a) Le coût de lancement des commandes :
         La passation et le suivi des commandes génèrent des coûts tels que les frais logistiques et les frais administratifs.
L’ensemble de ces frais constitue le coût de lancement des commandes ; il est proportionnel au nombre de commandes :

   x

   =
               Coût de lancement                   Coût de lancement                 Nombre de
      des commandes                   d’une commande                 commandes
                            CL                    =                       Ca                   x           N
b) Le coût de possession du stock :
         détenir un stock entraîne des charges telles que le gardiennage, l’assurance, les loyers ou l’amortissement des entrepôts, la manutention… L’ensemble de ces charges constitue le coût de possession du stock. Il évolue selon le niveau du stock; il est exprimé en pourcentage annuel (taux de possession) de la valeur du stock moyen.
Le stock moyen (SM) se calcule de la manière suivante :

              Consommation annuelle en valeur (C)
SM =
               2 x Nombre annuel de livraisons (N)
 





La formule du coût de possession est la suivante :

     Coût de                  C
possession (Cp) =               x Taux de possession (t)
                                   2N
 




c) Le coût de pénurie :
         Le coût de pénurie représente les coûts générés par une rupture de stock due aux aléas. Il peut s’agir de frais d’annulation de commande, de réapprovisionnement exceptionnel, de sous-activité…
         Le coût de pénurie est en principe proportionnel à la durée de la pénurie et à la quantité manquante.

d) Le coût total de stockage sans pénurie :
         Le coût total de stockage sans rupture de stock est égal à la somme du coût de lancement des commandes et du coût de possession des stocks. Il varie selon le nombre de commandes puisque les deux coûts qui le composent varient également en fonction du nombre de commandes ou de livraisons. On peut écrire :

                                                                C
CT = CL + Cp        ou    CT = Ca N +           x t
                                                               2N

 





Les différents niveaux de stocks :
Afin d’éviter toute rupture de stock, l’entreprise  doit prévoir plusieurs niveaux de stocks.

a) Le stock actif :
         Il correspond à la consommation de stock entre deux entrées :
Stock actif              Consommation annuelle en valeur
     (Sa)            =                                        /
                                           Nombre de livraisons 
b) Le stock maximum :
      Le stock maximum est celui qu’il ne faut pas dépasser afin d’éviter un surstockage.

c) Le stock minimum :
         il représente la consommation pendant le délai de livraison, c’est-à-dire l’inventaire de temps entre la date d’une commande et sa date de livraison :
Stock minimum       Consommation annuelle en valeur
     (Sm)               =                                /                              x   Délai d’approvisionnement
                                           Nombre de livraisons
d) Le stock de sécurité :
         Il garantit l’entreprise contre une rupture de stock dans les cas :
- d’un retard de livraison ;
- d’une accélération de la consommation.

  Stock de sécurité       Consommation annuelle
     (Ss)                =                                /                         x   Délai de sécurité                                                
                                             360 jours
 





e) Le stock d’alerte :
         Le stock d’alerte ou stock de réapprovisionnement fait face à la consommation pendant le délai de livraison et le délai de sécurité.
         Il représente le niveau de stock à partir duquel l’entreprise déclenche une commande:

Stock d’alerte
        (Sr)             = Stock minimum + Stock de sécurité

        Le classement des articles en stock :
         Seuls les approvisionnements représentant la majeure partie des consommations en valeur doivent faire l’objet d’une gestion prévisionnelle de stock rigoureuse.
         L’entreprise dispose de deux méthodes statistiques pour ordonner les articles selon leur importance.

a) La méthode des 20/80 :
         on constate en général que 20 % des articles approvisionnés représentent 80 % des consommations.
         Ces articles subiront une gestion minutieuse contrairement aux autres.
         La méthode consiste à :
                 Ordonner les consommations des articles dans l'ordre décroissant; 
         → exprimer les valeurs et les quantités en pourcentage cumulés croissants ;
         → déterminer les groupes d’articles d’après la loi 20/80 ; 80/20 ;
         → effectuer une représentation graphique.

b) La méthode ABC :
         Le principe est identique à celui de la méthode des 20/80. Toutefois, l’analyse est plus fine puisqu’on distingue trois groupes d’articles :


groupe A

10 % du nombre des articles représentent 70 % de la consommation ; ils font l’objet d’une gestion précise.


groupe B

30 % du nombre des articles représentent 20 % de la consommation ; leur importance est moyenne.


groupe C

60 % du nombre des articles représentent 10 % de la consommation ; leur importance est moindre, leur gestion moins précise.

c) Application :

1) Enoncé :
         Les consommations annuelles, en milliers de dirhams, des matières intégrées aux produits sont les suivantes :

Références
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Consommations
2 650
400
150
750
9 400
300
90
30
60
450

2) Le tableau statistique :









3) La méthode 20/80 :
Groupe 1 : 20/85
Groupe 2 : 80/15
         Les références 5 et 1 font partie du groupe 1, elles sont déterminantes
 pour l’activité de l’entreprise et doivent faire l’objet d’une gestion budgétaire
 rigoureuse.
         Les références du groupe 2 seront gérées avec plus de souplesse car elles
 représentent 80 % du nombre de références mais seulement 15 % des 
consommations.
         La représentation graphique des groupes 1 et 2 est la suivante :
4) La méthode ABC :
Groupe A : 10/66
Groupe B : 30/27 c’est-à-dire (40 – 10) / (93 – 66)
Groupe C : 60/7 c’est-à-dire (100 – 40) / (100 – 93)
         La référence 5 représente le groupe A, elle est déterminante pour l’activité de l’entreprise et doit faire l’objet d’une gestion budgétaire rigoureuse.
         Les références 1, 4 et 10 font partie du groupe B, elles seront gérées avec plus
 de souplesse.
         Les références 2, 3, 6, 7, 8 et 9 font partie du groupe C, l’objectif se 
limitera à éviter la rupture de stock.
         La représentation graphique des groupes A, B et C est la suivante :

La gestion optimale des stocks en avenir certain :
         L’objectif est de déterminer la cadence d’approvisionnement qui minimise
le coût total de stockage en considérant une consommation prévisionnelle régulière, 
un tarif constant et aucune possibilité de pénurie.
         La recherche de la cadence optimale d’approvisionnement peut d’effectuer 
 selon trois méthodes :
         l ;
         → méthode algébrique ou modèle Wilson ;
         → méthode graphique.


a) La méthode par le calcul :
         les calculs du coût de lancement, du coût de possession et de coût total de
 stockage pour une, deux, trois… N commandes sont présentés dans un tableau.
         Le coût total de stockage est minimal lorsque le coût de possession est
proche, voire égal au coût de lancement ; il suffit de repérer, dans le 
tableau, la cadence correspondante.

b) La méthode algébrique ou le modèle Wilson :
         Le coût total de stockage est minimum si la dérivée du coût total de stockage
 par rapport au nombre de commandes est nulle. Soit :


                              c) La représentation graphique :
         Le coût de lancement des commandes est une fonction croissante,
 représentée par une droite dont l’équation est : y1 = ax
         Le coût de possession du stock est une fonction décroissante représentée par 
une hyperbole  y= b/x
                                                               
  =
                                                             
         Le coût total y3 (y1 + y2) est représenté par une courbe qui passe
 par un minimum ayant pour point d’abscisse celui correspondant
 au point d’intersection de y1 et y2 et donc au nombre de commandes optimal.

d) Application :

1) Enoncé :
Le produit P fait l’objet d’une gestion de stock minutieuse.
 Les renseignements suivants vous sont communiqués :
- consommation annuelle : 84 000 DH, soit 6 000 produits à 14 DH ;
- nombre de livraison maximum : 8 par an ;
- taux de possession : 10 % ;
- coût de lancement d’une commande : 120 DH.

2) Le nombre optimal de commandes par le calcul :

Nombre de livraison
1
2
3
4
5
6
7
8
Stock  moyen
Coût de lancement
Coût de possession
Coût total
42 000
120
4 200
4 320
21 000
240
2 100
2 340
14 000
360
1 400
1 760
10 500
480
1 050
1 530
8 400
600
840
1 440
7 000
720
700
1 420
6 000
840
600
1 440
5 250
960
525
1 485
         Le coût minimum est atteint pour 6 commandes ; le nombre optimal de commandes est donc de 6.

3) Le nombre optimal de commandes par le modèle Wilson :

                   C = 84 000          Ca = 120              t = 10 %

                 
                  84 000 x 10 %
N* =    (                 /             ) 1/2  ≈ 1 000
                      2 x 120


Q*= 6000/6=1000

                               
                                    
         L’entreprise passera six commandes par an de 1 000 unités chacune.


4) Le nombre optimal de commandes par le graphique :



e) L’intégration des tarifs dégressifs :
         lorsque les fournisseurs proposent des réductions commerciales 
en fonction des quantités commandée, il est intéressant de revoir la solution 
optimale pour un tarif constant, uniquement si l’économie potentielle sur 
les achats est supérieur au coût de stockage supplémentaire.

f) L’intégration d’une pénurie :
         La rupture de stock est autorisée, le coût de pénurie
 peut être évalué et la demande non satisfaite n’est pas perdue mais différée.
         Le coût total de stockage est alors majoré du coût de pénurie.
 L’optimum (N* ou Q* avec pénurie) est déterminé à partir du 
modèle Wilson corrigé d’un coefficient appelé taux de service.
                                                    Coût de pénurie par unité
Taux de service (P)   =                                     /
                                           Coût de stockage + Coût de pénurie par unité 
N* avec pénurie = N* x  (     p )1/2
Q* avec pénurie = Q* x      1  
                                             (p)1/2
II- Le budget des approvisionnements :

Principe :
         Le budget des approvisionnements permet d’échelonner les prévisions 
sur douze mois.
         Il se subdivise en quatre budgets partiels :

→;
→ budget des livraisons ;
→ budget des consommations ;
→ budget des stocks.
Il est présenté en quantité et en valeur (Quantité x Coût standard unitaire).
Pour une consommation régulière, la budgétisation ne présente pas de 
difficultés puisque les données optimales (nombre de commandes, quantité,
 périodicité…) ont été déterminées préalablement à l’aide du modèle 
Wilson par exemple.
Lorsque la consommation est irrégulière, l’entreprise doit prévoir un stock  de sécurité et choisir entre :

Une périodicité de livraison constante et des quantités livrées variables

ou
Une périodicité de livraison 
variable et des quantités
 livrées constantées


Il faut calculer les quantités à commander
pour satisfaire la consommation
entre chaque date de livraison.

Il faut déterminer les dates 
des  commandes
pour éviter la rupture
 de stock

         La détermination de la date ou de la quantité de chaque commande, 
préalablement à l’établissement du budget, peut s’effectuer selon deux méthodes :
              Méthode comptable sous forme d'un tableau comportant une colonne par 

nne par
mois et les lignes : stock début de mois, consommations, dates 
de commande, livraisons, stock fin de mois ;
méthode graphique représentant la courbe des consommations cumulées,
celle du stock initial et des livraisons cumulées.

Application :

a) Enoncé :
         la consommation prévisionnelle annuelle de la matière Z est de 1 880
 unités et se répartit comme suit :

Mois
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
Consommations
100
150
170
150
100
160
120
100
150
180
200
300


Le nombre optimal de livraison est de 4, la première ayant lieu début janvier. Le stock de sécurité est de 50 unités et le délai de livraison d’un mois.
         Les mois de livraison sont : janvier, avril, juillet et octobre.
         Les commandes sont lancées un mois avant chaque livraison.

b) Le tableau de livraison des quantités variables :



Le stock de début de mois comprend le stock de sécurité.
         Les livraisons correspondent aux consommations à venir.
         Le stock de fin de mois qui précède la livraison est égale au stock de sécurité.
        
III- Le contrôle budgétaire :
         Le contrôle budgétaire des approvisionnements s’effectue à partir :

         →  
 s ;
         → du calcul de ratios significatifs.

L’analyse des écarts :
         L’analyse des écarts consiste à confronter :
- les coûts d’approvisionnements constatés       , provenant de la comptabilité de gestion (coût d’achat par matière, par composant, coût de passation des commandes, stocks de matières, coût de possession des stocks, coût de pénurie…) ;
- aux prévisions issues des budgets.

Elle peut être mené de la manière suivante :


Le calcul de ratios :
         L’analyse de l’évolution de certains ratios permet d’apprécier l’efficacité de la gestion budgétaire des approvisionnements.

         On distingue essentiellement :

Ratio
Formule
Interprétation

Rotation
des stocks


Coût d’approvisionnement des matières consommées
Stock moyen au coût d’achat
Nombre de fois où 
le stock se renouvelle 
dans l’année.
L’entreprise doit 
 rechercher à augmenter
 ce ratio de façon à 
diminuer le coût de possession.



Ruptures
des stocks



Nombre d’articles manquants
Quantités d’articles consommées
Importance des pénuries.
Une augmentation de
 ce ratio peut traduire
 une mauvaise
 évaluation du stock de sécurité,
 le non-respect des
 délais de livraison, une accélération des consommations.


Ratio
de structure


Valeur des stocks
Actif total
Proportion du stock
 dans l’actif total. Une augmentation de ce 
ratio peut traduire une mauvaise planification
 des approvisionnements
 par rapport aux besoins
 de la production.

Chapitre 3 : La gestion budgétaire des approvisionnements Chapitre 3 : La gestion budgétaire des approvisionnements Reviewed by IstaOfppt on 04:36 Rating: 5

Aucun commentaire:

Fourni par Blogger.