Chapitre 6 : Les comptes courants et d’intérêts

I – Généralités

1- Définitions

§ Compte courant
Un compte est dit « compte courant » quand toutes les sommes portées tant au débit qu’au crédit perdent leur individualité et s’ajoutent algébriquement. Seul le solde calculé à une date convenue est exigible.


§ Compte courant et d’intérêts
Un compte est dit « compte courant et d’intérêts » lorsque les sommes portées en compte sont génératrices d’intérêts.

2- Tenue du compte courant et d’intérêts 
         Le compte courant est tenu par la banque, par conséquent sont enregistrés :
- au crédit du compte :
* l’avoir initial, propriété du titulaire du compte,
* les versements effectués par le titulaire du compte en espèces, par chèques ou virements,
* les opérations qui augmentent l’avoir : vente de titres, encaissement de coupons, de dividendes, etc.
- au débit du compte :
* les retraits en espèces, par chèques ou virements,
* les paiements (achat de titres, achat de devises, etc.),
* les commissions et frais divers,

         Le solde d’un compte courant peut être débiteur ou créditeur. Les intérêts dus par le banquier sont inscrits au crédit du compte, ceux dus par le titulaire du compte (en cas de solde débiteur) au débit.
§  Date de valeur
La date de valeur d’une opération est la date à partir de laquelle la somme correspondante commerce à produire des intérêts. Les modalités de fixation des dates de valeur sont déterminées et imposées par la banque.
Cette date est généralement :
- postérieur à la date effective d’une opération créditrice ;
exemple : une remise de chèque n’est créditée qu’entre 2 et 5 jours plus tard ;
- antérieur à la date effective d’une opération débitrice ;
exemple : un retrait d’espèces est débité du compte la veille ou l’avant-veille de l’opération.

§  Date d’arrêté
La date d’arrêté est la date à laquelle le solde est déterminé après calcul des intérêts produits et des diverses commissions, et est exigible.
         Cette date est fixée par convention entre les parties intéressées.

§  Taux d’intérêt
Le taux d’intérêt est fixé par le banquier. Il peut être le même aussi bien pour les opérations portées au débit que pour celles portées au crédit ; dans ce cas, le compte courant est dit « à taux réciproques ». Si le taux est différent au débit et au crédit, le compte est dit « à taux non réciproques ».
Autre éventualité : le taux ou les taux peuvent changer en cours de période : le compte est alors « à taux variables ».

§  Méthode de chiffrage d’un compte courant et d’intérêts
Il existe différentes méthodes. La méthode dite « méthode hambourgeoise » est la mieux appropriée à l’établissement du compte et pratiquement toujours utilisée.

II – Méthode hambourgeoise

1- Principe
La méthode hambourgeoise consiste à calculer, après chaque opération, l’intérêt du solde en capital, pour la durée qui sépare l’apparition de ce solde (date de valeur de l’opération l’ayant engendré) de la date de valeur de l’opération suivante.
Le dernier solde porte intérêt depuis sa date de valeur jusqu’à la date d’arrêté du compte.
L’intérêt est de même nature que le solde sur lequel il est calculé (débiteur ou créditeur).
A l’arrêté du compte, la somme algébrique de tous les intérêts ainsi calculés s’ajoute algébriquement aux capitaux qui les ont produits (au débit ou au crédit selon la nature de la somme algébrique).
2- Exemple schématique
Soit :
- O1, O2, O3, … Ok les montants respectifs des opérations ;
- d1, d2, d3, … dk    les dates de valeur de ces opérations ;
- S0                        le solde du compte à son ouverture (solde à nouveau) ;
- S1, S2, S3, … Sk   les soldes respectifs après la 1re, 2e, 3e, …, ke opération.
Montants des opérations
                                                          O1                 O2              O3                    Ok
 

Soldes après opérations     S                S1                        S2                      S3                                 Sk                   
 

Nombres de jours                     n0                n1                 n2          n3         nk- 1          nk
 

Dates de valeur                d0               d1                 d2               d3                     dk                 d 
 


                                 (ouverture)                                                                                 (arrêté) 
- le premier intérêt I0 est calculé sur le solde S0 pendant n0 jours ;
- le deuxième intérêt I1 est calculé sur le solde S1 pendant n1 jours ;
-
- le dernier intérêt Ik est calculé sur le solde Sk pendant nk jours ;
         L’intérêt global I sera égal à la somme algébrique des intérêts partiels. On l’appelle « Balance des intérêts ».
                             I = I0 + I1 + I2 + I3 + …  + Ik.
Important :

Il peut arriver que la date de valeur d’une opération soit antérieure à la date de valeur de l’opération précédente. Les jours devront donc être comptés négativement : ils seront appelés « jours rouges ».
Pour les soldes dont le nombre de jours est négatif (c’est-à-dire rouge), l’intérêt, négatif, devrait être retranché de la colonne de même nature (intérêt débiteurs ou intérêts créditeurs). En fait, on l’ajoute dans la colonne opposée.
 


Dates des opérations     01/11                   18/11                   22/11                   24/11

Dates de valeur             31/10                   21/11                   19/11                   28/11
Intérêts additifs
(noirs)
Sur 21 jours
Intérêts soustractifs
(rouges)
Sur 2 jours
Intérêts additifs
(noirs)
Sur 9 jours



Il en sera ainsi chaque fois que deux dates de valeur consécutives ne se suivant pas dans l’ordre chronologique.
3- Tracé d’un compte courant et d’intérêts par la méthode hambourgeoise

Exemple
         M. Aboulaajoul dispose d’un compte courant et d’intérêts à la Banque Commerciale du Maroc (B.C.M.). Durant le mois de janvier, les opérations sont les suivantes (en dirhams).

01/01 : Solde à nouveau : 45 000 DH
08/01 : Retrait chèque n° 418 : 24 000 DH ; date de valeur : 07/01.
13/01 : Versement espèces : 60 000 DH ; date de valeur : 14/01.
18/01 : Effets remis à l’escompte : 36 000 DH ; date de valeur : 21/01.
22/01 : Paiement d’effets domiciliés : 126 000 DH ; date de valeur : 19/01.
24/01 : Vente en Bourse : 21 000 DH ; date de valeur : 30/01.

Le compte est arrêté le 31 janvier ; les intérêts sont calculés au taux réciproque de 6,50%.

METHODE HAMBOURGEOISE – Intérêts immédiats
Compte M. Aboulaajoul, arrêté au 31 janvier ; taux : 6,50 %


Dates

Libellés
Sommes
Soldes
Dates de valeur

Jours
Intérêts

Débit

Crédit

Débit

Crédit
Débiteurs
Créditeurs
01/01
08/01
13/01
18/01
22/01
24/01
31/01


31/01
Solde à nouveau
Retrait chèque n° B 418
Versement espèces
Effets remis à l’escompte
Effets domiciliés
Vente en Bourse
Balance des intérêts
Intérêts créditeurs 6,50%

Solde créditeur

24 000


126 000




12 127,84
45 000

60 000
36 000

21 000

          127,84




9000
  45 000
  21 000
  81 000
117 000

 12 000

 12 127,84
31/12
07/01
14/01
21/01
19/01
30/01
7
7
7
R2
11
1



42,25
17,88

127,84
56,88
26,54
102,38


   2,17


162 127,84
   162 127,84




187,97
187,97
01/02
Solde à nouveau

      12 127,84

12 127,84





                                                                     7                                               7
·     Calcul des intérêts : 45 000 x 0,065 x       = 56,88 ; 21 000 x 0,065 x       = 26,54 ; etc.
                                                             360                                           360

·     La date de valeur (19/01) de l’opération du 22/01 est antérieure à la date de valeur (21/01) de l’opération du 18/01 ; on constate donc deux jours rouges produisant un
                                                     2
Intérêt de 117 000 x 0,065 x                  = 42,25 qui devrait être retranché des intérêts
                                                   360
 
créditeurs mais qui, pour arriver au même résultat, sont ajoutés aux intérêts débiteurs.
La dernière opération « Vente en Bourse » porte intérêt de sa date de valeur (30/01) à la date d’arrêté du compte (31/01) soit pendant un jour.

Chapitre 6 : Les comptes courants et d’intérêts Chapitre 6 : Les comptes courants et d’intérêts  Reviewed by IstaOfppt on 07:51 Rating: 5

Aucun commentaire:

Fourni par Blogger.