La politique de communication TP

Exercice  :
         Les petites entreprises et le secteur de la communication se tournent le dos. Avec une petite légende, un publicitaire montre l’intérêt de son secteur à tout le tissu des PME.
         Il était une fois deux sœurs.
         Elles se ressemblaient beaucoup.
         A vrai dire, on n’avait pas besoin d’une longue vue pour remarquer que c’était des jumelles. Elles ne se quittaient jamais.
         Elles étaient encore petites, mais, mon Dieu ! qu’est-ce qu’elles étaient belles !
        Elles ne parlaient à personne, elles ne saluaient personne et personne ne les connaissait. Et quand on parlait d’elles, on le faisait toujours à la 3e personne. Qui sont-elles ? D’où viennent-elles ? Et que veulent-elles ? Mystère-Mystère. Pourtant elles attiraient tout le monde mais personne n’osait les aborder.
On n’est pas à vendre mais à acheter
         Mais un beau jour un petit curieux, séduit par leur charme, réussit à se rapprocher d’elles. Miracle : il remarque que leurs prénoms étaient brodés sur leur beau tablier blanc : l’une s’appelle PME-PMI et l’autre PMI-PME. Et comme c’était le jour des miracles, la jolie PME-PMI lui sourit. Et quel beau sourire ! Tout heureuse, il se retournera vers PMI-PME et là, surprise ! elle ne souriait pas. Pis encore, elle fit deux pas en arrière brusquement, le laissant seul, quelle chance ! avec la jolie, la charmante, la merveilleuse PME-PMI.
- Bonjour, Monsieur.
- Bonjour, Mademoiselle PME-PMI.
- Vous pouvez m’appeler PME ! Et vous, comment vous appelez-vous ?
- Client-consommateur. Mais n’hésitez pas ! Appelez-moi client tout simplement.
- D’accord, Monsieur Client.
- Non, s’il vous plaît, pas de Monsieur entre nous. Puisque vous m’avez parlé aujourd’hui, nous sommes devenus déjà des amis n’est-ce pas ?
- Exactement client. Vous savez, moi je voulais bien vous parler, mais c’est ma sœur, qui est timide, qui ne voulait pas.
Je lui dis toujours : comment veux-tu que les gents fassent notre connaissance si nous on reste dans notre petit coin.
Mais, elle, elle ne voulait rien savoir.
Elle me répondait à chaque fois la même chose : nous sommes belles, c’est aux autres de venir nous chercher. Client l’écoutait avec admiration. Et puis elle était si jolie que, sans s’en rendre compte, il lui prit tendrement la main. Elle rougit et ça la rendait encore plus belle.
-  Je vous en prie, Client, les gens nous regardent.
- Ma chère PME, nous ne faisons aucun mal. Bien au contraire nous sommes faits l’un pour l’autre.
- C’est vrai, vous avez raison Client, je sais aujourd’hui que je n’aurais jamais pu vivre sans vous. Avant de vous connaître, j’étais triste et désespérée. Avec ma sœur, nous passions notre temps à nous lamenter sur notre sort personne ne nous adressait la parole, personne n’osait nous aborder.

Il faut avoir de la
prétention
         D’ailleurs, un jour, lassée par cette solitude, j’ai lancé à ma sœur : Comment veux-tu, ma chère sœur, que les gens viennent nous voir, si nous, on ne va vers eux ? C’est vrai que nous sommes belles. Mais tu vois bien que nous ne sommes pas les seules à être belles. As-tu remarqué nos voisines ? Tu as vu le succès qu’elles ont auprès des hommes ? Et pourtant, cela dit entre nous, elles ne nous arrivent pas à la cheville.
         D’ailleurs, maman a raison, elle nous a toujours dit : pour avoir des prétendants, il faut soi-même avoir de la prétention. Parce que, dit-elle, elles n’ont rien de plus que vous, les voisines, mais elles, elles savent se vendre.


                                   La beauté qui rayonne
         Et vous savez ce qu’elle m’a répliqué ma sœur ? Nous on n’est pas à vendre, on est à acheter. Tu n’as pas vu comme elles se pavoisent, c’est indécent. Et puis on les voit partout : elles s’affichent à la télé, comme une vulgaire lessive. On n’entend qu’elles à la radio. Et quelquefois même, vous trouvez leurs photos sur le journal, juste entre l’horoscope et le meilleur buteur de dimanche. Un jour, je te le promets, tu ne seras pas surprise de les voir carrément en vitrine, tu sais, comme à Amsterdam.
Client, totalement sous le charme, ne pensait même plus à la sœur de sa bien-aimée PME. Mais par galanterie il fait semblant de d’intéresser à son sort :
- Et maintenant, dit-il, vous pensez qu’elle continuera de se cacher, d’être si silencieuse ?
- Je ne sais pas, répond PME. Tout ce que je sais qu’elle a une philosophie bien figée et que je peux vous résumer ainsi :
- Celui qui est beau n’a pas besoin de le dire, parce que ça se voit.
- Celui qui a découvert le beau, le dira à ses amis, qui le diront à leur tour à leur amis et ainsi de suite. C’est, vous l’avez deviné, le principe du bouche-à-oreille.
- Ceux qui crient sur tous les toits qu’ils sont beaux, soit ils ne sont pas sûrs d’eux, soit ils ne le sont pas du tout et ils veulent tromper le monde.
- Enfin, conclut-elle, parler de soi, se présenter aux autres nécessite des articles, du maquillage quoi, et ça c’est artificiel et surtout ça coûte de l’argent.
Pour elle c’est simple, la beauté n’a pas besoin de briller pour rayonner.
- Alors qu’en pensez-vous Monsieur Client, pardon, mon cher Client ?
- Je pense tout simplement que, si vous ne m’aviez laissé vous approcher, si vous ne m’aviez pas adressé la parole, si vous ne m’aviez pas parlé de vous, si vous ne m’aviez donné l’occasion de voir combien vous êtes belle, eh bien, je ne vous aurais jamais connue.
Ma chère PME, maintenant que je vous connais et que je vous aime, voulez-vous m’épouser ?
- Oh oui, répondit-elle, et je voudrais ne plus jamais vous quitter.
         Ils se marièrent et ils eurent beaucoup de petits clients.

 Mohammed Laroussi, Directeur général d’Avenir Conseils (Intervention au dernier
colloque d’Art’Com sur la communication des PME et des PMI)
L’Economiste, jeudi 6 avril 1995.

Travail à faire :
1) pourquoi les deux sœurs jumelles ne savent-elles pas se vendre ?
2) Expliquez ce qui est souligné dans le texte.
3) Quels moyens les voisines utilisent-elles pour se faire connaître ?
4) Quelles est la philosophie de la sœur de PME ? Comment la trouvez-vous ?   
                   Expliquez.


 5) Comment trouvez-vous l’image cherchée par l’auteur ? Commentez.
Réponse:
1-
Parce qu'elles n'ont pas su se faire connaître des clients
2-
Les clients doivent venir à nous d'eux mêmes. Fiers de notre image de marque nous savons que nous serons sollicités.
3-
La publicité par la télévision , la radio , les journaux
4-
La beauté n'a pas besoin de briller pour rayonner . C'est une philosophie basée sur la discrétion : on peut se faire remarquer , connaître , sans faire beaucoup de tapage autour de soi.
5- Le texte démontre que l'auteur a une imagination fertile et débordante. Il a une créativité assez originale et une approche , à travers l'image cherchée , assez séduisante des problèmes que vivent les PME à savoir le manque de communication avec l'environnement .   
La politique de communication TP La politique de communication TP Reviewed by IstaOfppt on 00:36 Rating: 5

Aucun commentaire:

Fourni par Blogger.